LES UTOPIALES 2018 : JOUR 2/5 + BOOKHAUL SF

Si vous avez loupé les épisodes précédents :

J’ai débuté cette deuxième journée des Utopiales par une projection (on ne change pas les bonnes habitudes) dans la catégorie des rétrospectives. Il s’agissait de Frankenweenie, réalisé par Tim Burton et projeté dans le cadre des 200 ans de la publication de Frankenstein. Ce film d’animation est à la fois divertissant et touchant, et traite du sujet au combien difficile du deuil sans trop entrer malgré tout dans le pathos : 15/20.

Cine Retro Frankenweenie

J’ai poursuivi les projections avec Penguin Highway, un film d’animation japonais sélectionné pour la compétition internationale. On y suit des enfants qui décident de mener l’enquête lorsque des manchots commencent à apparaître en plein cœur de leur ville. L’histoire est intéressante bien que tirée par les cheveux, le film est drôle et l’animation de bonne qualité : 14/20.

Cine LongPenguin Highway

Je me suis ensuite rendue dans la plus grande librairie de science-fiction de la galaxie, de laquelle je ne pouvais décemment pas repartir les mains vides. C’est donc avec pas moins de neuf livres que je suis rentrée chez moi :

Deux romans grand format :

  • Nouvelle Sparte, le dernier Erik L’Homme que j’avais déjà repéré avant le festival aux éditions Gallimard Jeunesse

product_9782075090667_244x0

  • le premier tome de la série Roslend de Nathalie Somers, une dystopie jeunesse qui m’a tapée dans l’œil avec une superbe couverture signée Taï-Marc le Thanh

CVT_Roslend-Tome-1_8771

Deux romans poches :

  • le premier tome des Mystères de Larispem, Le sang n’oublie jamais de Lucie Pierrat-Pajot en format poche chez Gallimard Jeunesse

product_9782070599806_244x0

  • le premier tome de The young world de Chris Weitz aux éditions du livre de poche jeunesse

The-young-world

Deux bandes-dessinées :

  • le premier tome de Dreams Factory, La neige et l’acier de Hamon, Suheb Zako et Sayaphoum aux éditions Soleil qui m’avait déjà tapé dans l’œil avant le festival

dreamsFactoryT1

  • le premier tome de L’étrange boutique de Miss Potimary, La boîte à secrets aux éditions Jungle Jeunesse

L-etrange-boutique-de-Mi-Potimary

Deux mangas :

  • le premier tome de The promised Neverland de Kaiu Shirai et Posuka Demizu aux éditions Kazé, qui est une série dans laquelle je voulais me lancer depuis un petit moment

PROMISED_NERVERLAND-JAQUETTES 6.indd

  • le premier tome de Last Hero Inuyashiki de Hiroya Oku aux éditions Ki-oon dont j’ai vu l’adaptation cinématographique pendant l’ASNIFF le mois dernier

Impression

Un album :

  • le dernier album de Claude Ponti paru en mars dernier aux éditions L’école des loisirs, Blaise et le Kontrôleur de Kastatroffe, juste parce que c’est Claude Ponti et que c’est une histoire de Blaise

Blaise-et-le-Kontroleur-de-Kastatroffe

Je vous donne rendez-vous bientôt sur le blog et sur Instagram pour vous donner mon avis sur tout ça après lecture.

Après cette pause littéraire, je suis retournée dans les salles obscures pour deux sessions de courts-métrages. La première, troisième de la compétition internationale, a été plutôt une déception pour moi : aucun des sept films projetés ne m’a marqué, je n’ai pas compris une bonne partie d’entre eux, et ils n’avaient vraiment rien d’exceptionnel et de très intéressant.

La deuxième sélection de courts-métrages était projetée dans le cadre d’un partenariat avec l’école de cinéma nantaise Cinécréatis : tous les films étaient donc des travaux de fins d’études. Pour certains, on sentait bien que c’était assez amateur, mais pour d’autres au contraire, qui étaient de très grande qualité, il était difficile de voir que le.s réalisateur.trice.s sortaient à peine de l’école. La plupart d’entre eux sont disponibles sur YouTube si vous voulez vous rattraper.

J’ai terminé ma journée par la projection de Solis de Carl Strathie, un huis-clos catastrophe se déroulant dans l’espace et faisant parti de la compétition internationale. C’est pour moi du déjà vu et revu, le film n’apporte rien de bien neuf mais le fait plutôt bien. Rien de transcendant donc, mais il se laisse regarder, même avec ses effets spéciaux qui le font presque passer pour un film amateur ; précisons tout de même que c’est le premier du réalisateur. Pas grand chose à en tirer selon moi, hormis les performances des acteurs qui sont à souligner : 12/20.

Cine Long Solis

Rendez-vous demain pour la troisième journée du festival !

7 réflexions sur “LES UTOPIALES 2018 : JOUR 2/5 + BOOKHAUL SF

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s