LES UTOPIALES 2018 : JOUR 3/5

Si vous avez loupé les épisodes précédents :

J’ai débuté cette troisième journée des Utopiales 2018 par la lecture d’un des livres que j’ai acheté hier à la librairie du festival : Blaise et le Kontrôleur de Kastatroffe de Claude Ponti. Tout en jeux de mots, empli d’humour et à double lecture, cet album est de très grande qualité, drôle, fait réfléchir et a de superbes illustrations. Je suis une nouvelle fois conquise par l’artiste, qui nous livre ici un très beau livre jeunesse que je vous conseille fortement : 17/20.

Blaise-et-le-Kontroleur-de-Kastatroffe

Je suis donc arrivée un peu plus tard à la cité des Congrès, juste à temps pour me faufiler dans la file d’attente pour la quatrième session des courts-métrages de la compétition internationale. La sélection était légèrement mieux que la troisième que j’ai vue hier, mais ce n’est malheureusement pas encore ça.

J’ai poursuivi avec mon premier documentaire de cette édition : Trumbull Land. Gregory Wallet, réalisateur du film, nous emmène dans l’univers de Douglas Trumbull, le maître des effets spéciaux qui a travaillé entre autre sur Blade Runner, Rencontres du troisième type ou encore 2001, L’Odyssée de l’espace et qui nous dévoile ici anecdotes et secrets de tournage. Ce que l’on sait moins, c’est que Douglas Trumbull a aussi réalisé deux films dont Brainstorm que j’ai découvert lors de l’édition 2015 des Utopiales. Trumbull Land est un documentaire vraiment très intéressant que je vous encourage fortement à voir : 18/20.

ob_ed31b9_image003

Place à la compétition internationale long-métrage avec The man with the magic box de Bodo Kox, venu en personne nous présenter son film. Il est difficile de faire un résumé de ce film sans le spoiler, mais disons simplement que le personnage principal tombe sur une radio lui permettant de voyager dans le temps. Le film est polonais, et malgré un budget assez réduit le réalisateur s’en sort bien et rien ne paraît jamais cheap. Le film est plutôt bon, et j’ai été prise dans l’histoire tout du long : 15/20.

Cine long The Man with the magix box

Retour ensuite aux courts-métrages avec la cinquième session de la compétition internationale. Je pense que c’est celle des trois que j’ai vues que j’ai préférée, même si il y a énormément de disparités dans chacune d’entre elles. J’espère pouvoir vous écrire un article détaillé de mon avis sur tous les courts-métrages que j’ai vus pendants cette édition des Utopiales.

J’ai terminé ma journée par la projection en avant-première du film Assassination Nation, sélectionné pour la compétition internationale. C’est un très bon film, qui change de ce que nous propose sans cesse Hollywood, et ça fait du bien ! Féministe assumé, Assassination Nation ne lésine cependant pas sur les scènes de violence, de sexe et est assez cru et explicite dans ces propos : pour un public averti donc. Foncez le voir en salle à partir du 5 décembre, date de sa sortie : 19/20.

Cine Long Assassination Nation

Rendez-vous demain pour la quatrième, et déjà avant-dernière journée de ces Utopiales 2018.

2 réflexions sur “LES UTOPIALES 2018 : JOUR 3/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s