LES UTOPIALES 2019 : JOUR 2/4 (GEORGES MELIES, PROXIMA, SATOSHI KON)

J’ai débuté cette deuxième journée de festival un peu plus tard qu’hier, mais ce n’est pas pour autant que mon planning était moins chargé. J’ai pu faire presque tout ce que j’avais prévu malgré un timing assez serré et des changements de salles parfois ambitieux m’obligeant à traverser les Utopiales dans leur intégralité à l’heure où le festival accueillait le plus de visiteurs de la journée. Si je devais résumer en trois mot-clefs cette journée, je dirais : Asie, animation et classique. Je vous emmène ?

A peine arrivée, je me suis rendue en salle Dune pour la projection du Serpent Blanc d’AMP Wong, un film d’animation chinois de la compétition internationale long-métrages. Le serpent blanc est une nouvelle adaptation d’un conte traditionnel que je ne connaissais personnellement pas, mais que j’ai pris grand plaisir à découvrir. J’ai eu mon deuxième coup de cœur de cette édition avec ce film très poétique, à la direction artistique soignée et à l’animation 3D très réussie. Le serpent blanc est tout bonnement magnifique et m’a donné envie de découvrir les autres adaptations du conte qui ont été réalisées.

WhiteSnakeUSreleasepostermainbig59

J’ai ensuite eu un petit soucis de parcours puisque Le serpent blanc ayant commencé en retard étant donné l’affluence, il s’est aussi terminé plus tard que ce qui était prévu et je n’ai donc pas pu assister à la projection du documentaire Man Ray et les équations mathématiques de Quentin Lazzarotto. La salle était déjà pleine quand je suis arrivée devant, ayant pris en plus le soin de me perdre en chemin. J’ai alors profité du temps que j’avais pour aller jeter un premier coup d’œil aux expositions, dont voici quelques images :

Je suis ensuite repartie en direction des salles de cinéma pour assister à une projection dédiée au jeune public intitulée Au plus près de la Lune et qui rassemble cinq court-métrages balayant plus d’un siècle de rêves lunaires. Le premier, qui est d’ailleurs la raison pour laquelle je me suis rendue à cette séance, n’était autre que le mythique Voyage dans la Lune de Georges Méliès. Je ne sais comment vous exprimer la joie avec laquelle j’ai découvert ce film dont je n’avais vu que des images et des extraits jusqu’alors et je pourrais vous en parler pendant des heures. Je vais cependant me contenter pour cette fois de vous dire que Le voyage dans la Lune est le premier film de science-fiction de l’histoire du cinéma, qu’il est sorti en 1902 et qu’il est français, quelques indices vous donnant une petite idée des raisons pour lesquelles j’aime tellement Méliès.

voyage-dans-la-lune

Comme dit plus haut, Le voyage dans la Lune n’était que le premier court-métrage d’une série de cinq qui s’est poursuivie avec Dancing on the moon de David Fleischer dont la musique reste longtemps en tête, Felix the cat in Astronomeows de Pat Sullivan dans lequel j’ai particulièrement apprécié le tour cycliste sur les anneaux de Saturne, Boo Moon de Seymour Kneitel où l’on suit Casper le fantôme à la rencontre du peuple lunaire et La Luna de Enrico Casarosa produit par Pixar que j’avais déjà vu mais qui est très poétique et que j’apprécie beaucoup. J’ai aimé faire ce voyage dans le temps à travers cette sélection de court-métrages qui m’a d’ailleurs réconciliée avec le format !

Proxima d’Alice Winocour est un film franco-allemand qui sort en salles le 27 novembre prochain mais que j’ai eu la chance de découvrir en avant-première à l’occasion du festival. On y suit Eva Green qui joue une astronaute française, Sarah, qui s’apprête à partir pour la Station Spatiale Internationale. J’ai beaucoup apprécié suivre cette préparation à partir dans l’espace, période que l’on a peu l’occasion de voir dans les films mais qui est importante dans la vie d’un astronaute. Le film est criant de vérité et ne tente pas de cacher les sentiments et émotions vécus par le personnage de Sarah, d’ailleurs brillamment interprété par Eva Green. Proxima est un très beau film qui m’a emporté avec lui d’un bout à l’autre, bien écrit et réalisé et que je vous invite donc à découvrir.

MV5BOWUwYjEwNGMtYjc5Ni00NWZmLWJmZTctMzUwMmNjMWQ2OTBlXkEyXkFqcGdeQXVyNjc3MjQzNTI@._V1_UY1200_CR127,0,630,1200_AL_

J’ai enchaîné avec une projection qui a été rajoutée à la dernière minute mais qui a pourtant rameuté du monde, celle de Millénium Actress de Satoshi Kon. J’avais déjà eu l’occasion de découvrir le travail de ce réalisateur il y a quelques années lors de la projection de Perfect Blue à l’occasion de la journée manga-tan et je dois avouer n’en avoir pas gardé que des bons souvenirs. C’est aussi lui qui se cache derrière Paprika, projeté deux fois lors de cette édition, mais que j’ai pas encore eu l’occasion de découvrir.

Je suis ressortie de la projection de Millenium Actress assez confuse, n’ayant tout d’abord pas réellement compris le lien entre la science-fiction et la vie du personnage principal hormis les deux scènes qui se déroulent dans et à proximité d’une fusée. J’ai par contre beaucoup aimé le mélange des temporalités (à moins que ce ne soit ça la partie SF ?), insérant les journalistes du présent dans un certain nombre de scènes passées au fur et à mesure que le personnage principal les raconte. Le quatrième mur est ainsi régulièrement brisé donnant lieu à un certain nombre de comiques de situation, mais le film est aussi touchant et triste, se déroulant en partie pendant et après la seconde guerre mondiale. Une belle découverte que ce film d’animation japonais qui n’est jamais sorti dans les salles françaises et qui a été longtemps interdit de diffusion.

ArGrTy9lMIUN4XwlxfmvQ6MhfUH

J’ai ensuite profité qu’il y ait moins de monde pour refaire un petit tour aux expositions, mais comme prendre des photos d’œuvres se révèle très souvent donner un résultat qui met assez peu en valeur le travail de l’artiste, j’ai rapidement laissé tomber l’idée. En voici tout de même quelques unes provenant de l’exposition dédiée à Mathieu Bablet qui signe l’affiche de cette édition des Utopiales :

J’ai terminé ma journée avec la projection de Signal 100 de Lisa Takeba en première française, un battle royal japonais adapté du manga éponyme. L’objectif principal reste les mêmes que dans tout film du genre – à savoir être le dernier survivant – mais j’ai apprécié les nouveautés dans cette histoire telles que le fait que les personnages ne se contentent pas de s’entretuer dans la mesure où chacun peut aussi être un ennemi pour lui-même. Les morts sont nombreuses (c’est le principe du film) et les scènes assez violentes sont donc récurrentes. Certaines causes de décès sont relativement inventives, je vous conseille donc Signal 100 si vous êtes un féru du genre. Je déplore cependant que le visuel de l’affiche donne autant d’informations quant à l’issue du film bien que l’enjeu soit ailleurs, au niveau des interactions entre les personnages et l’évolution de leurs comportements.

f502c0488024e0c8e7cca2d9f2e54cbc1572227415_full

Ma journée de demain est pour le coup bien plus calme que celle d’aujourd’hui, n’ayant pour le moment au programme que trois films, à savoir The room de Christian Volckman qui fait partie de la sélection en compétition internationale ainsi que Le voleur d’arc-en-ciel d’Alejandro Jodorowsky en director’s cut qu’il viendra nous présenter en personne et Selfie de Thomas Bidegain, Marc Fitoussi, Tristan Aurouet, Cyril Gelblat et Vianney Lebasque qui seront tous deux projetés dans le cadre de séances spéciales. J’ai pour objectif de profiter du reste du temps que j’aurai pour enfin passer du temps à la librairie et faire un tour plus calmement des expositions.

Une partie des images a été prise par mes soins, les autres ne sont présentes que pour illustrer mes propos et restent la propriétés de leurs auteurs respectifs.

3 réflexions sur “LES UTOPIALES 2019 : JOUR 2/4 (GEORGES MELIES, PROXIMA, SATOSHI KON)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s