ANTHOLOGIE JEUNESSE UTOPIALES 2018

Depuis plusieurs années, chaque édition du festival des Utopiales a le droit à son anthologie. Elle regroupe des nouvelles de science-fiction ayant toutes pour fil rouge le thème choisi pour l’édition de l’année en cours. Pour cette dix-neuvième édition, le festival innove en proposant une anthologie jeunesse ; elle regroupe cinq nouvelles, dont deux écrites par de jeunes écrivains, vainqueurs du concours de l’an passé.

Anthologie jeunesse 2018

La première nouvelle de cette anthologie, Mélomania, a été écrite par Sylvie Lainé, et est vraiment très intéressante. On y suit une jeune fille qui se fait pousser une troisième main afin de la greffer sur son frère qui en a perdu une suite à un accident. Elle est très courte, mais fait réfléchir à plein de choses : j’y ai personnellement vu des similarités avec les mères porteuses qui se retrouvent à devoir se détacher d’une partie d’elles-mêmes et ce malgré l’attachement potentiel qu’elles peuvent avoir développé envers le bébé. C’est à titre personnel celle que j’ai préférée de l’anthologie : 17/20.

La suivante, Crève-Horizon de Danielle Martinigol, a été quelque peu compliquée à comprendre pour moi. On y suit en parallèle un cheval ainsi qu’une femme malade, et je n’ai compris que tardivement que les deux n’étaient en fait qu’une seule et même personne. La femme est enfermée dans son corps alors que le cheval est libre de ses mouvements et d’aller où il veut, et symbolise donc cette envie de liberté que la jeune femme ne peut assouvir. J’ai eu plus de mal avec celle-ci, même si elle reste intéressante : 11/20.

J’ai beaucoup aimé la troisième intitulée Sans début ni fin ni port d’attache et écrite par Sylvie Denis. On y suit deux garçons vivant en marge du monde : l’un est malade et ne supporte pas de sortir, l’autre est né sans que personne ne le sache et doit donc rester caché. Les deux vont être amenés à se rencontrer, et vont même tenter de s’immiscer dans une mission dans l’espace. Des personnages attachants et une histoire développée et qui nous tient en alène : 16/20.

Je dois avouer avoir eu du mal avec les deux nouvelles écrites par les adolescents. La première, Un programme sachant tuer de Nils Bouchet, est celle qui a gagné dans la catégorie lycée, et à laquelle je n’ai tout simplement pas accroché. La deuxième et dernière de cette anthologie, Nouvelle mode de Louane Roland, a quant à elle gagné dans la catégorie collège. L’idée des pouvoirs est intéressante, mais sa plume est vraiment jeune et peu expérimentée, ce qui rend la nouvelle quelque peu compliquée à lire. Je les encourage cependant tous les deux à continuer d’écrire, car c’est ainsi qu’ils s’amélioreront.

Cette anthologie jeunesse est pour moi une belle réussite, car elle permet aux nouvelles gagnantes du concours d’être publiées, fait découvrir à de jeunes lecteurs de nouveaux auteurs, et les sensibilise à ce que propose la science-fiction en dehors de qu’ils ont l’habitude de lire. Il ne reste plus qu’à espérer que cette initiative sera renouvelée pour les prochaines éditions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s